Blue ports services, gestion des effluents des navires

Atlantic blue port services

“Des services portuaires innovants pour la gestion des effluents des navires»

Thème: Services portuaires pour un transport durable

Objectif: réduire les pollutions marines induites par le rejet en mer des effluents des navires, en offrant des infrastructures portuaires attractives. 

Introduction

Le rejet en mer des eaux polluées des navires reste un problème d’actualité, malgré les réglementations en vigueur. Les armateurs réclament des installations portuaires «adéquates». Les ports réclament davantage de soutien financier pour faire face à l'augmentation des déchets et effluents des navires. Trouver un consensus sur les besoins, les services et le cout de ces services n’est pas simple.

Le projet Européen "Atlantic Blue Ports" a été sélectionné par le programme Interreg Atlantique en mai 2017. Il vise à mobiliser la communauté maritime pour concevoir, conjointement; des services portuaires attractifs pour la réception des effluents des navires, y compris des eaux de ballast. La zone Atlantique est utilisée comme plateforme de prototypage et de test de solutions «adéquates », répondant aux besoins et contraintes des parties prenantes.

Contexte réglementaire

Basée sur MARPOL, la directive Européenne concernant les installations de réception portuaires des effluents et déchets des navires (PRF) ; oblige les ports à fournir des installations adéquates et recommande la mise en place d’un système attractif de recouvrement des coûts (CRS).
Malgré la réglementation, les rejets en mer sont toujours pratiqués. Les navires se plaignent de la variabilité et du coût des services portuaires.

En parallèle, la convention de l'OMI sur la gestion des eaux de ballast (BWMC) est maintenant effective. Elle représente un nouveau défi pour les armateurs, contraints d’investir dans des systèmes de traitement à bord, et les autorités publiques chargées de sa mise en application.
La convention s’adresse aux navires. Pour autant, les ports pourraient offrir un service de réception et de traitement des eaux de ballast. Cette approche alternative aux systèmes embarqués permettrait de réduire considérablement l’impact économique de la convention de l’OMI et faciliter sa mise en œuvre [1].

Le projet

Concevoir et investir dans des installations portuaires «idéales» pour la gestion des effluents et des déchets de navires nécessite un consensus parmi une large communauté d'acteurs, y compris des autorités nationales, européennes et internationales, sur les services attendus et les coûts associés.

"Atlantic Blue Ports" fournit un cadre de coopération ouvert à toutes les parties prenantes: utilisateurs, fournisseurs et décideurs politiques sont invités à participer pour définir les services portuaires "idéaux" pour la gestion des effluents de navires, notamment les eaux de ballast. L'espace Atlantique est utilisé comme "laboratoire" pour prototyper et tester des solutions innovantes.

Pour les eaux de Ballast, la société DAMEN Green fournit le système InvaSave, système mobile de traitement au port des eaux de ballast. Ce système, certifié par l’OMI, se déplacera de port en port pour être testé avec les parties prenantes (armateurs, ports, opérateurs de PRF, et autorités publiques chargées de la mise en oeuvre de la convention BWMC).

Pour les effluents hydrocarburés (slops, sludge, bilge), le consortium définira et testera de nouveaux procédés permettant la réception et le traitement de divers types d’effluents. De nouvelles questions liées à l’usage des scrubbers seront également étudiées, comme les processus de nettoyage ou la qualité des systèmes open-loop .

Cinq groupes de travail, impliquant le consortium et une Task Force [2] transnationale, ont été mis en place pour étudier des solutions aux questions techniques, économiques, règlementaires, opérationnelles et environnementales (moyens de tests et de suivi de la qualité de l’eau en zone portuaire) que pose une gestion « optimale» de ces effluents.

Au-delà des règlements, l'engagement de la communauté maritime et la fourniture de solutions portuaires économiques sont gages d’un changement de pratiques et d’une meilleure protection de l’environnement marin.

Contributeurs – Un consortium transnational

Le consortium regroupe 28 partenaires / partenaires associés de l'Espace Atlantique: ports (CCIMBO et région Bretagne, Cork, Gijon, Séville, Grandes Canaries, Madère, Lisbonne, Setúbal, Sines, Leixoes, Açores), opérateurs d’installations portuaires de réception de effluents (Eco- oil, PARUVI, CCI de Brest), entreprises (Damen Green, Bentley), clusters (Marine South East, Mersey Maritime, Forum Oceano, etc.), organisations scientifiques (Université John Moore de Liverpool, université de Las Palmas, université d'Ovidio ), autorités/agences nationales (DGPM / DGRM au Portugal), organisations professionnelles (Euroshore, Cruise Europe).

Le consortium a mis en place une «task force» ouverte aux parties intéressées pour contribuer via cinq groupes de travail à l’étude de solutions technologiques, économiques, environnementales, réglementaires.

Contact

Fabienne Vallée: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.; tel: +33298147732;mobile: +33 6 27 58 54 48

 

[1] Les navires opérant entre ports équipés de systèmes de décharge/ traitement des eaux de ballast seraient exemptés de l’installation de système embarqués. Le contrôle de conformité à la convention serait très allégé.

[2] Implique les autorités nationales, les associations de ports et d’armateurs, des clusters maritimes et structures scientifiques dans chaque pays partenaire, plus des organismes/agences Européens (Commission Européenne, ESPO, ECSA, EMSA) et internationales (IMO/MEPC)